Histoire chimique d’une tarte aux cerises d’un supermarché


Texte de Claude Bourguignon, ingénieur agronome et microbiologiste des  sols, tiré de son excellent livre « Le sol, la terre et les champs« .

1/Histoire de la pâte

001 La farine :

Les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis. Pendant sa culture, le blé a reçu de 2 à 6 traitements de pesticides selon les années, un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d’éviter la verse et une dose importante d’engrais : 240kg d’azote, 100 kg de phosphore et 100 kg de potassium à l’hectare. Dans le silo, après récolte les grains sont fumigés au tetrachlorure de carbone et au bisulfide  de carbone puis arrosés au chlopyriphosmethyl. Pour la mouture, la farine reçoit du chlorure de nitrosyl, puis de l’acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l’amylase.

001La poudre levante :

Elle est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium.

001Les corps gras :

Ils reçoivent un antioxydant comme l’hydroxytoluène de butyl et un émulsifiant type lécithine.

.

2/ Histoire de la crème

001Les œufs

Ils proviennent d’un élevage industriel où les poules sont nourries aux granulés contenant des antioxydants (E300 à E311), des arômes, des émulsifiants comme l’alginate de calcium, des conservateurs comme la capsanthéine, des agents liants comme lelignosulfate et enfin des appétants pour qu’elles puissent avaler tout ça comme le glutamate de sodium. Elles reçoivent en plus des antibiotiques et en particulier des anticoccidiens.

Les œufs avant séchage reçoivent en plus des émulsifiants, des agents actifs de surface comme l’acide cholique et une enzyme pour retirer le sucre du blanc.

001Le lait :

Il provient d’un élevage industriel où les vaches reçoivent une alimentation riche en produits chimiques : des antibiotiques comme le flavophospholipol (E712) ou le monensinsodium (E717), des antioxydants comme l’ascorbate de sodium (E301), l’alpha-tocophérol de synthèse (E307), le buthyl-hydrox-toluène (E321), ou l’ethoxyquine (E324), des émulsifiants comme l’alginate de propyléne-glycol (E405) ou le polyéthyléne glycol (E496, des conservateurs comme l’acide acétique, l’acide tartrique (E334), l’acide propionique (E280) et ses dérivés (E281 à E284), des composés azotés chimiques comme l’urée (E801) ou le diurédo-isobutane (E803),des agents liants comme le stéarate de soduim, des colorants comme E131

ou E142 et enfin des appétants pour que les vaches puissent manger tout cela comme le glutamate de sodium.

001Les huiles :

Elles ont été extraites par des solvants comme l’acétone puis raffinées par action de l’acide sulfurique, puis lavage à chaud, neutralisées à la lessive de soude, décolorées au bioxyde de chlore ou au bichromate de potassium et déodorisées à 160° C avec du cholure de zinc. Enfin, elles ont été recolorées à la curcumine.

001La crème :

Une fois obtenue, elle reçoit des arômes et des stabilisants comme l’acide alginique (E400).

3/ Histoire des cerises

Les cerisiers ont reçu pendant la saison entre dix et quarante traitements de pesticides selon les années.

Les cerises sont décolorées à l’anhydride sulfureux et recolorées de façon uniforme à l’acide carminique ou à l’érythrosine. Elles sont plongées dans une saumure contenant du sulfate d’aluminium et à la sortie elles reçoivent un conservateur comme le sorbate de potassium (E202).

Elles sont enfin enduites d’un sucre qui provient de betteraves qui, comme les blés, ont reçu leur dose d’engrais et de pesticides. Le sucre extrait par défécation à la chaux et à l’anhydride sulfureux puis décoloré au sulfoxylate de sodium, puis raffiné au norite et à l’alcool isopropylique. Il est enfin azuré au bleu anthraquinonique.

Bon appétit !

Voir la vidéo : ALERTE à BABYLONE / Clic !

Site de Claude BOURGUIGNON


On pourrait se passer de tarte aux cerises…

Hélas !   Ces ingrédients, issus de l’industrie agro-alimentaire , sont la base de toute la nourriture non bio

Le PAIN, par exemple :

Source : http://www.opain.com

Pourquoi manger du PAIN?
Pourquoi apprendre à le faire?

Que peut-il bien nous apporter de plus ?


.

Selon les Nutritionnistes :

Le PAIN est  le seul produit pratiquement parfait pour l’alimentation humaine au point qu’un être humain pourrait vivre de cette unique nourriture.

100 grammes de BON PAIN * apportent : 55 grammes de glucides, 0.70 gramme de lipides, 7.5 grammes de protides, des Sels Minéraux sous forme de Phosphate, de Magnésium, de Potassium… des vitamines, notamment celles du groupe B.

Glucides :

Ceux du Pain,  à absorption lente sont beaucoup mieux utilisés que ceux apportés par des aliments riches en sucres purs et souvent associés à des graisses.

De ce fait, le PAIN est un Aliment énergétique de choix.
La présence de cellulose concourt au bon transit intestinal et sa faible teneur en lipides ne l’exclut d’aucune alimentation, à l’exception de celle des personnes à qui le gluten est interdit.

Un accroissement de la consommation de Pain compenserait heureusement la tendance actuelle à un enrichissement excessif de l’alimentation en lipides, au détriment des glucides.

* Il est évident – mais peut-être pas pour tout le monde- que nous parlons ici d’un PAIN fait avec des Farines issues de l’Agriculture Biologique, un sel marin naturel, une eau de source – en utilisant des méthodes naturelles.

Cependant, dans le souci de vous donner une information
plus complète,
il pourrait être important de vous rappeler de quoi est fait

LE PAIN-BAGUETTE
que la majorité des consommateurs mangent en
s’approvisionnant dans les super marchés, leur station service,
ou chez les boulangers du coin de leur rue,
utilisant les ingrédients que je nommerais de tout venant,

c’est à dire Non Bio:

(on a déjà entendu cela quelque part !)

La Farine
Les grains de blé ont été enrobés d’un fongicide avant semis.
Pendant sa culture, le blé a reçu de deux à six traitements de pesticides selon les années,
un traitement aux hormones pour raccourcir les tiges afin d’éviter la verse
et une dose importante d’engrais : 240kg d’azote, 100kg de phosphore et 100kg de potassium à l’hectare.
Dans le silo, après récolte, les grains sont fumigés au tétrachlorure de carbone et au bisulfite de carbone puis arrosés au chlopyriphosméthyl.
Pour la mouture, ma farine reçoit du chlorure de notrosytel.
Puis de l’acide ascorbique, de la farine de fève, du gluten et de l’amylase.

La Poudre Levante
Elle est traitée au silicate de calcium et l’amidon est blanchi au permanganate de potassium.

L’Eau
Traitée à un point qu’il n’est même plus possible de la reconnaître.
Elle détruit tout ce qui est vivant, le bon comme le reste.
Ce qui oblige les chimistes à créer des adjuvants toujours plus puissants
pour rendre panifiable une farine qui ne l’est plus depuis longtemps.

Voilà ce que contient en substance
la très « chère » Baguette- Poison-Label France.

Le Panetier


*LE PAIN BLANC, ENNEMI DE NOS CELLULES

Selon l’enquête INCA (Individuelle et nationale sur les consommations alimentaires), réalisée en 1999,  les hommes consomment en moyenne 153g/jour de pain et biscottes et les femmes 97g/jour. Quotidiennement, le pain blanc ainsi que d’autres produits panifiés fabriqués à partir de farines raffinées, comme les pizzas, quiches, tartes mais aussi viennoiseries et biscuits, représentent une source importante d’énergie pour l’organisme, principalement sous forme de glucides.

Mais derrière ces glucides, se cache souvent un index glycémique (IG) très élevé.
L’IG d’un aliment permet d’évaluer la rapidité de passage du glucose dans le sang.
Cet index est calculé sur la base de l’ingestion de 100g de sucre : IG =100.

Plus l’IG d’un aliment est élevé, plus il fait augmenter rapidement et de manière brutale la glycémie sanguine.

Ce processus, à long terme, contribue à fatiguer le pancréas qui doit sécréter des quantités plus importantes d’insuline pour réguler le taux de sucre sanguin.

Des études ont montré que les personnes qui mangent une grande quantité d’aliments dont l’IG est élevé ont plus de risque de devenir obèses – mais aussi de souffrir de Diabète de type 2 et de Maladies Cardiovasculaires.

La baguette a un index glycémique élevé (95/100)

Les aliments qui ont un IG élevé sont typiquement les aliments sucrés ( barres chocolatées, sucreries, bonbons ), mais aussi les aliments à base de céréales raffinées (corn flakes, viennoiseries, biscuits, pizzas, etc) –  et donc le PAIN BLANC.

Parmi toutes les sortes de pain qui existent, la baguette que les Français consomment quotidiennement est celui qui a l’IG le plus élevé (95).

Le PAIN BIO COMPLET  ou  1/2 complet (Farine type 80),
farine multi-céréales -et particulièrement le pain de seigle-
ont un index glycémique plus faible qui permet
de mieux contrôler le sucre sanguin.

Conclusion :

Mieux vaut consommer régulièrement ce type de pain dans l’objectif de rester en bonne santé.
En effet, les études montrent que les aliments à base de céréales complètes protègent des maladies chroniques.

Source : http://www.opain.com

.


003


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :